Pornichet : La vie aux bains de mer

Jean-Baptiste possède une villa "Ker Elizabeth" devant la plage de la plage du Bey, route de la Chapelle Sainte-Anne, près de la plage de « Bonne Source ». On ne souvient plus comment Jean-Baptiste est devenu propriétaire de la villa.

Ce « Port niché » derrière la pointe du Bey, le long de l'étier alimente trente-cinq hectares de marais salants. Ce petit village vivait de la récolte du sel, de goëmon, ou de la pêche. On exportait le sel via la mer en direction de Saint-Nazaire et du Croisic à partir desquels on expédiait la matière première.

Devenus insalubres, les marais salants sont asséchés en 1899 et laissent la place à l'hippodrome qui y sera installé en 1907. Sous l’effet de la vogue des bains de mer, ces petits coins de bord de mer inaccessibles vont se trouver désenclavés grâce à l’arrivée dès 1879 à Pornichet « des trains de plaisirs ». On voit se dresser ici et là des hôtels, des pensions de famille, des villas, pour attirer la clientèle aristocratique de l’époque qui se côtoient lors de soirées à l’Hôtel de l’Océan ou à l’Hôtel de la Plage. La mer, autrefois indésirable, apparaît comme un élément naturel très prisé.

On profite pleinement du bienfait de l’air iodé et des vertus thérapeutiques de l’eau de mer. Des règles strictes sont destinées à préserver la bienséance: les maillots de bain doivent recouvrir le corps du cou aux genoux et les femmes ne doivent pas se présenter «en cheveux».

Une fois le bain pris, les villégiateurs doivent rapidement ôter leur maillot de bain et le troquer contre leur tenue de ville. Dans cette ambiance joyeuse, la bonne humeur est de rigueur.

Comme Françoise, dans le "Temps retrouvé", les domestiques, Léonie, Mélanie ou Marguerite tiennent une place particulière dans l’éducation des enfants. Il est indiscutable que ces étrangers au monde bourgeois ont transmis une culture populaire très vivante. Ces photos en sont un témoignage.

Les auteurs de ces images ne sont pas connus. Certains d'entres elles ont certainement été prises par Jean-Baptiste lui même dans la mesure où j'ai retrouvé les plaques de verre. Les images présentées résultent de numérisation soit de plaques de verre, soit d'albums photos.